La prolifération des micro-organismes, moisissures, et levures, n’est ni causée par une faible teneur en soufre, ni par du biodiesel

Une question sur la qualité des nos mazouts ? La réponse se trouve peut-être déjà ci-dessous…

La prolifération des micro-organismes, moisissures, et levures, n’est ni causée par une faible teneur en soufre, ni par du biodiesel*

Aucun lien scientifique n'a en effet démontré ce prétendu phénomène qui s’explique simplement par la présence combinée de 2 éléments : l’eau et la chaleur !

Esters méthyliques d’acides gras présents jusqu’à 7% du volume dans les carburants actuels.

Pourquoi l’eau combinée à de la chaleur est-elle à l’origine des micro-organismes ?

La présence d’eau dans le réservoir combinée à une température douce ou élevée (20° à 40°C) peut entraîner une contamination microbienne pouvant être à l’origine de la dégradation du gasoil contenant, ou non, du biocarburant. A contrario, une température basse ralentit (mais n’empêche pas) cette prolifération. Les périodes de l’année les plus à risque sont le printemps et l’automne.

Comment expliquer la présence d’eau dans les réservoirs ?

  • L’air ambiant qui entre par le système d’aération des réservoirs peut transporter de la vapeur d’eau et des micro-organismes. Il faut donc réduire autant que possible le volume non rempli de la cuve.Par conséquent, plus la capacité de stockage d’un réservoir est grande, plus le risque de présence d’eau augmente.
  • Une fuite dans les conduites, un joint non hermétique, l’arrivée d’eau (source, pluie, …) au niveau du trou d’homme pour les installations partiellement ou entièrement enterrées, peuvent également favoriser l’entrée d’eau dans la cuve.
  • Le gasoil en retour d’injection augmente la température du réservoir, phénomène qui renforce ensuite l'absorption d'humidité. En effet, après fonctionnement du moteur ou utilisation du réservoir, la température baisse et entraine la condensation de cette eau dans le fond du réservoir et dans les filtres.

Que se passe-t-il lors de la présence de bactéries ?

Les micro-organismes en stagnation se retrouvent à l’interface eau-hydrocarbure.Lorsqu’un nouveau remplissage du combustible a lieu, cette masse gélatineuse se mélange au nouveau produit et forme un liquide visqueux encrassant les filtres et perturbant le bon fonctionnement du moteur ou de la chaudière.

Comment se protéger efficacement contre la contamination microbienne ?

La meilleure protection, c’est d’éviter la présence d’eau dans les cuves et les réservoirs via l’entretien régulier des installations.

Comment savoir que la cuve est contaminée ?

    Plusieurs éléments dénoncent une infection microbienne :
  • Corrosion
  • Dépôts gélatineux ou champignons sur les filtres
  • Aspect trouble du produit avec présence de champignons et levures en trop grande quantité
  • Odeur de sulfure d’hydrogène
  • Dégradation de la couleur

Que faire en cas de contamination?

    Tout d’abord, le degré de contamination se mesure en procédant à une analyse du carburant par prise d’échantillon. Ensuite, la décontamination a lieu via différentes actions :
  • Eradiquer la présence d’eau par une purge de l’installation
  • Traiter le carburant à l’aide d’un biocide (sans oublier de faire évacuer la biomasse morte et de vérifier les filtres)
  • Faire nettoyer et désinfecter l’installation

 

?? ?? ?? ??
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.  Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs .